skip to main content

À la maison ou dans une galerie, rangées ou exposées, les œuvres d’art doivent être préservées adéquatement pour les générations à venir. Voici quelques mesures que peuvent prendre les collectionneurs pour les protéger.

  1. Savoir comment entretenir les différents matériaux

    Il importe de tenir compte des besoins spéciaux propres à chaque média :

    • Les peintures sur panneau peuvent être particulièrement fragiles, car le bois risque de se fissurer ou de gauchir si la température ou le taux d’humidité varie.
    • Les huiles sur toile sont elles aussi vulnérables aux conditions ambiantes, qui peuvent occasionner des craquelures et des fissures dans les couches de peinture et déformer le canevas.
    • Les œuvres sur papier sont vulnérables aux éléments acides contenus dans la plupart des papiers commerciaux. Des particules de métal introduites dans le papier à sa fabrication peuvent se corroder sous l’effet de l’humidité, créant des taches orange foncé, ou « rousseurs ».
    • Les œuvres faites de pierre, de métal ou de verre sont composées de matériaux stables, mais elles n’échappent pas aux risques de bris accidentel, de rayures, de craquelures, de corrosion et de réactions aux polluants environnementaux.
       
  2. Fixer la bonne température et le bon taux d’humidité

    Bien qu’il puisse être tentant de fermer les climatiseurs ou les systèmes de chauffage lorsque vous n’êtes pas chez vous, les fluctuations rapides peuvent provoquer l’expansion et la contraction de vos œuvres, ce qui contribue à leur vieillissement et à leur détérioration. C’est pourquoi la plupart des musées essaient de maintenir un taux d’humidité relative d’environ 50 % et des températures d’environ 21 °C.
     

  3. Réduire l’exposition au soleil et aux sources de lumière artificielle

    Les rayons ultraviolets (UV) provoquent une décoloration et un réchauffement inégal. Ils peuvent particulièrement endommager les œuvres sur papier, telles que les photographies, les aquarelles et les œuvres utilisant des encres colorées, ainsi que les fibres textiles et les teintures. Pour l’exposition d’œuvres d’art, la lumière indirecte du soleil et les luminaires encastrés ou fixés au plafond sont préférables. Afin de contrôler l’exposition lumineuse, prenez soin de garder les lumières éteintes et les rideaux ou les stores fermés lorsque la pièce est inoccupée. Si certaines de vos pièces ne sont ensoleillées qu’une partie de la journée, des minuteries automatiques peuvent abaisser les stores des fenêtres au besoin. Pour plus de commodité, une pellicule filtrant les rayons UV peut être placée sur les fenêtres et les éléments d’éclairage. Comme les effets de l’exposition lumineuse sont cumulatifs, envisagez de limiter l’exposition d’œuvres sensibles à la lumière.
     

  4. Trouver le meilleur emplacement pour exposer ses œuvres

    Généralement, il est recommandé d’accrocher ses œuvres aux murs intérieurs plutôt qu’aux murs extérieurs, en raison des plus grandes variations climatiques. Bien qu’ils soient attrayants, les points de mire tels que les foyers exposent les œuvres d’art suspendues au-dessus d’eux à la chaleur, à la suie et aux fluctuations du taux d’humidité. Les œuvres d’art ne doivent pas être accrochées près des bouches de chauffage et de climatisation, dans les salles de bain, sous les tuyaux, qui peuvent fuir ou laisser s’écouler de la condensation, ou près de toute source d’eau exposée. Il importe de placer avec soin les œuvres d’art situées dans des endroits passants pour éviter les blessures accidentelles. En outre, il faut les accrocher suffisamment haut pour éviter les dommages involontaires causés par les sacs à main, les dossiers de chaise ou les portes.
     

  5. Choisir le bon encadrement

    L’encadrement de qualité muséale utilisant des matériaux de conservation joue un rôle important dans la préservation des œuvres d’art à long terme. Les œuvres d’art sur papier ou textile sont particulièrement susceptibles de se dégrader si elles sont mal encadrées. Elles ne doivent être montées et soutenues qu’avec des matériaux non acides, comme le carton de montage ou le carton ondulé dont se servent les musées. Veillez aussi à employer des adhésifs d’archivage réversibles. Il est d’important d’installer les œuvres dans des passe-partout (au moyen de charnières d’archivage), sans quoi elles risquent de se coller de façon permanente au vitrage (qu’il s’agisse de vitre ou de Plexiglas), particulièrement dans les endroits très humides.
     

Si vous avez des questions sur la façon de prendre soin d’une œuvre d’art en particulier, contactez un restaurateur, un encadreur spécialisé dans l’encadrement de conservation, un installateur d’œuvres d’art professionnel ou votre agent d’assurance pour obtenir des conseils et de l’aide.